Projet SGBm : préparer la suite

De juin à octobre 2018, l’Abes a mené une enquête en vue de préparer la suite du projet SGBm. Celle-ci comportait deux volets :  l’un à destination des établissements membres du Groupement de commandes SGBm, l’autre à destination des 90 établissements non membres du GC. Il s’agissait de relever les intentions des établissements à l’issue de la période de l’accord cadre (2020) et des marchés signés (2022 et au-delà) afin de définir au mieux le service proposé par l’Abes dans la suite du dispositif.

Au vu des résultats de cette double enquête, lors de la Journée des partenaires SGBm du 11 décembre dernier, l’Abes a signifié sa capacité à poursuivre son accompagnement juridique et technique au-delà de 2022 auprès des établissements signataires de l’accord cadre SGBm actuel. Elle a également fait part de son engagement auprès des établissements prévoyant de se réinformatiser à l’issue de l’accord cadre actuel, les modalités de cet accompagnement étant en cours de définition. Il est notamment apparu indispensable qu’un prochain accord cadre puisse s’adapter aux solutions logicielles libres et bénéficier de l’appui éventuel d’un établissement co-coordonnateur.

Le comité de pilotage national SGBm et la commission ADBU-SSI ont retenu certaines des pistes proposées. Celles-ci feront l’objet d’études de faisabilité.

Quelles modalités pour un accord cadre « allégé » ? Quels leviers pour des solutions logicielles diversifiées intégrant les offres du « libre » ?

Afin que le prochain accord cadre génère une offre plus diversifiée en termes de solutions logicielles et de services, l’un des axes de réflexion serait de permettre aux attributaires de proposer un cœur de système commun assorti de compléments optionnels. Ainsi, il ne serait pas exigé de chaque attributaire qu’il couvre l’ensemble des besoins fonctionnels. En pratique, cette approche tiendrait plutôt de l’homologation – « cet outil est capable de prendre en compte les besoins de base »- assortie d’une négociation de tarifs. Conduit sur un périmètre fonctionnel plus restreint, ce nouvel accord cadre favoriserait une mise en concurrence effective garantissant qu’aucun acteur ne se trouve en position d’arbitre ou de forte influence sur le déroulement de la consultation.

De plus, le marché ayant considérablement évolué, certaines solutions logicielles  « libres » semblent aujourd’hui abouties. Sans préjuger de leur qualité ni de leur adéquation aux besoins des établissements, en plus des solutions commerciales ou des solutions libres bien implantées comme celles de Koha, de nouvelles solutions sont apparues, comme par exemple :

  • Invenio, produit du CERN diffusé par TIND et adopté/adapté par le réseau RERO
  • Quria, produit de l’éditeur scandinave Axiell
  • Folio, produit EBSCO annoncé de longue date

Prochaines étapes

De février à novembre 2019, l’Abes réalisera plusieurs études de faisabilité pour permettre au Comité de pilotage national de statuer sur les mesures d’accompagnement au cours de ses réunions prévues en mai et novembre 2019.

Les établissements seront  consultés au travers de la commission ADBU-SSI et seront bien entendu tenus informés des résultats des études et des décisions prises.

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Partagez