h1

Les journées ABES 2017

12 septembre 2016

 CORUM_Lilian Martorell

En 2017, les Journées ABES auront lieu les 10 et 11 mai (dates prévisionnelles), au Corum, palais des Congrès de Montpellier.
Le programme complet des Journées, ainsi que le formulaire d’inscription, seront accessibles à partir de mi-mars 2017 sur le site web de l’ABES.
L’ Agence espère accueillir de nombreux professionnels de la documentation de l’enseignement supérieur mais aussi des EPST.

Pour rappel les présentations des Journées ABES 2016 sont disponibles ici et les retransmissions vidéo le seront prochainement.

h1

Décès de Raymond Bérard : tristesse et regrets de l’ABES

2 août 2016

C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris la disparition, survenue vendredi 29 juillet, de notre collègue Raymond Bérard emporté par une longue maladie.

Son riche parcours professionnel en a fait une personnalité reconnue et estimée. Pour ne citer que ses derniers postes, il a été directeur des études de l’Enssib, directeur du CTLES, directeur de l’ABES puis directeur de l’INIST jusqu’à très récemment.

Raymond Bérard a occupé des postes clés dans un contexte marqué par de profondes transformations, exigeant de tisser des liens et de surmonter des clivages institutionnels.

La période où il a dirigé l’ABES, de 2006 à 2013 restera caractérisée par l’accroissement et la diversification des activités de l’agence ainsi que par le développement de projets prospectifs. Par la suite, nous avons pu constater, dans les domaines de coopération entre l’ABES et l’INIST, et notamment sur les projets Istex et Collex, avec quelle persévérance il a continué de s’investir, être force de proposition pour faire évoluer le paysage de l’Information scientifique et technique.

Les équipes de l’ABES se joignent à moi pour présenter leurs condoléances à sa famille et à ses proches.

Jérôme Kalfon

h1

ETD en France pour la première fois : merci l’Université de Lille !

13 juillet 2016

La 19e édition du colloque international Electronic theses and dissertations (ETD) a lieu pour la première fois en France grâce à l’Université de Lille, organisatrice de l’événement avec le Networked Digital Library of Theses and Dissertations (NDLTD) (http://www.ndltd.org/)

118 participants de 28 pays échangent du 11 au 13 juillet sur le thème suivant : « Data and Dissertations ». ETD

Participante assidue de ce congrès, l’ABES se réjouit cette année de la présence française massive, tant du côté des simples auditeurs que de celle des intervenants. Le réseau STAR en particulier est à l’honneur avec une intervention de l’Université Aix-Marseille:

(http://etd2016.sciencesconf.org/91984)

et une autre de l’Université de La Réunion:

(http://etd2016.sciencesconf.org/92607).

Pour exposer à un public international les spécificités françaises (cadre réglementaire national, obligation du dépôt électronique, prise en compte de l’ensemble du cycle de vie de la thèse..) et les applications nationales theses.fr (http://www.theses.fr/), STEP & STAR, l’ABES a choisi cette année de présenter un poster :

https://filabes.files.wordpress.com/2016/07/etd2016_posterabes_imagelegere-anglais.jpg sous une forme plus ludique et moins académique que d’habitude.

Vous pouvez suivre ce congrès sur twitter (#ETD2016Lille).

L’ensemble des communications seront ensuite disponibles sur http://etd2016.sciencesconf.org/

L’an prochain, ETD n’aura pas lieu en France mais nous espérons que la présence française sera tout de même importante : si la France n’a pas à rougir de sa gestion des thèses, bien au contraire, il est toujours intéressant de confronter ses pratiques à celles de ses voisins des quatre continents.

 

h1

L’ABES et ORCID concluent un protocole d’entente (Memorandum of Understanding)

6 juillet 2016

logo_orcid

Suite aux discussions entre l’ABES et ORCID en 2015, nous sommes ravis d’annoncer que nos deux organisations ont signé un protocole d’entente, nous engageant à dialoguer davantage sur l’interopérabilité technique et la coopération en matière de communication.

Ensemble, l’ABES et ORCID ont une contribution importante à apporter à la communauté scientifique : la coordination des efforts pour l’adoption d’identifiants pour les acteurs de la recherche, et de normes pour gérer l’accès et l’attribution des travaux de recherche.

Les deux organisations visent ainsi à améliorer et à harmoniser leurs schémas de métadonnées, à développer de nouvelles API et à créer des services complémentaires à destination des utilisateurs professionnels ou finaux. logoABES-150-249

 

 

Ce protocole d’entente Memorandum of Understanding met en exergue les thèmes suivants :

  • Encourager l’utilisation d’identifiants pérennes pour les chercheurs et les organisations, notamment dans les travaux académiques, les publications scientifiques et les archives de la recherche.
  • Diffuser les avantages des systèmes d’identification pour les chercheurs, à savoir sensibiliser et encourager les interactions entre les identifiants IdRef et les identifiants ORCID au sein de la communauté française de l’enseignement supérieur et de la recherche.
  • Renforcer et accroître le volume et la qualité des liens producteurs-productions disponibles, notamment pour les machines.
  • Explorer l’utilisation des identifiants ORCID dans les notices d’autorité, et corrélativement celle des données d’autorité IdRef dans les comptes ORCID.
  • Développer des cas d’usage et encourager l’utilisation des API ORCID dans les systèmes maintenus par l’ABES tels que theses.fr, Sudoc, etc., et les systèmes membres du réseau IdRef tels que Persée, ADUM, etc.

Pour réaliser ce programme, les deux organisations vont poursuivre le travail de recueil et d’analyse des besoins et des exigences auprès des institutions académiques françaises et des organismes de recherche, qui ont exprimé un intérêt à l’égard d’ORCID et d’IdRef.

Ce travail de coopération ABES/ORCID est un préalable qui pourra nourrir la réflexion et aider à la décision quant à une intégration encore renforcée. La question d’une adhésion, ainsi ouvertement posée, pourra s’inscrire conformément aux préconisations de la BSN dans une perspective concertée des acteurs français de l’IST.

 

 

h1

Bacon : bilan d’étape sur le périmètre couvert

20 juin 2016

logo_bacon

Les données de Bacon sont accessibles depuis maintenant un an. Où en sommes-nous aujourd’hui, au regard des objectifs initiaux ?

Ce billet est le 6ème Fil’Abes sur le projet Bacon. Pour consulter les précédents, vous pouvez suivre ce lien.

Les éditeurs francophones

Une liste a été élaborée en partenariat avec Couperin afin de définir les éditeurs à contacter en priorité pour la collecte des bouquets les plus attendus.

Elle contient 35 éditeurs ou agrégateurs à convaincre de l’intérêt du KBART. Nous leur avons proposé notre accompagnement dans la production des fichiers.
20 ont à ce jour accepté notre proposition, 10 ont achevé la mise en place du processus.

Ces 10 éditeurs sont les suivants :

  • Cairn (49 bouquets)
  • Classiques Garnier Numérique (31 bouquets)
  • EDP Sciences (2 bouquets)
  • Erudit (1 bouquet)
  • Europresse (2 bouquets)
  • LEH Edition (4 bouquets)
  • Mathdoc (1 bouquet)
  • Open Edition (3 bouquets)
  • Persée (1 bouquet)
  • Techniques de l’ingénieur (79 bouquets)

Soit un total de 173 bouquets pour une cible de 260 selon la liste élaborée avec Couperin.

Pour ces éditeurs, les bouquets mis à jour nous sont transmis, sont vérifiés et chargés dans la base au fil des évolutions de leurs plateformes.

Le premier des diagrammes ci-dessous comptabilise les éditeurs qui, soit ont finalisé le processus, soit l’ont initié ou, au contraire, ceux pour lesquels nous sommes encore sans réponse.La somme des deux premiers cas représente 57%.

Diagramme_1

Le second diagramme représente le nombre de bouquets chargés relativement au nombre de bouquets à collecter.

Diagramme_2

L’objectif est donc atteint à hauteur de 66 % si l’on considère le nombre de bouquets actuellement chargés dans la base.

Résultats de l’enquête

Ce chiffre a été atteint grâce à de multiples campagnes auprès des éditeurs. La dernière d’entre elles est l’enquête que nous avons menée afin de connaître les 5 éditeurs que vous souhaitiez voir intégrés à Bacon en priorité.

Grâce à une participation massive de votre part, cette démarche a en partie porté ses fruits et nous a permis de convaincre ou de relancer les 5 éditeurs qui ont accumulé le plus de voix. A ce jour :

  • pour Dalloz, l’éditeur ne répond toujours pas à nos sollicitations. Cependant, après un travail effectué dans le cadre de Cercles par le SCD de l’Université de Strasbourg, un KBART de la Bibliothèque Numérique a pu être réalisé. Ce fichier sera prochainement transmis à l’éditeur afin de lui prouver qu’il est possible de générer facilement du KBART. Nous espérons que cette action aura pour effet de le convaincre à nous en fournir les mises à jour. En effet, un KBART peut très vite se révéler obsolète. Or nous n’avons pas à ce jour les moyens de tenir ces fichiers à jour à la place des éditeurs, c’est pourquoi nous ne chargerons pas ce bouquet sans en avoir reçu une première mise à jour de la part de Dalloz ;
  • pour EM Premium, la masterlist nous a récemment été transmise. L’évaluation leur a été communiquée et nous attendons leur réponse ;
  • pour Brepols, des difficultés techniques retardent la fourniture d’un premier fichier. Selon l’éditeur, la nouvelle plateforme ne permet pas de répondre à nos besoins en terme d’export des fichiers pour un dépôt sur nos serveurs ;
  • pour l’Harmathèque, après de premiers échanges autour d’un fichier de test, nous sommes dans l’attente d’une version permettant le chargement ;
  • pour Europresse, les fichiers ont été chargés dans Bacon.

Les éditeurs non francophones

Pour rappel, les fichiers KBART qui décrivent les bouquets proposés par les éditeurs étrangers sont dérivés de ceux mis à disposition par des bases de connaissance libres, équivalent de Bacon à l’étranger, puis adaptés au contexte français grâce au concours des négociateurs Couperin. De ce fait, nous sommes partis du principe que si ces fichiers ne sont pas déjà présents dans une base libre, telle que KB+ ou CUFTS,  ils ne seront ni créés ni, bien entendu, mis à disposition sous licence CC0.
Seuls les besoins du réseau justifient quelques exceptions. Lorsque nous disposons des moyens nécessaires à la réalisation d’un fichier KBART et qu’il nous est possible de le tenir à jour, nous le faisons. C’est déjà le cas pour les fichiers ISTEX. Ce le sera pour Brill – Classical Studies Ebooks Online.

Sur les 11 éditeurs étrangers constituant l’objectif (pour en consulter la liste), l’ensemble des bouquets cibles a été chargé dans la base pour 9 d’entre eux. La plupart de ces bouquets sont issus de KB+.
A ce jour, 2 de ces 11 éditeurs sont encore absents de Bacon car ils ne sont pas exposés sur KB+. 15 des 32 bouquets qui intéressent les établissements sont, pour le premier, ProQuest, disponibles sur CUFTS et seront donc prochainement traités. Les fichiers du second, Ebsco, sont encore inexistants, mais l’équipe de KB+ prévoit d’en réaliser certains. Nous ne manquerons pas de les adapter au domaine français en suivant la méthode adoptée jusque-là.

Le nombre de bouquets cibles souscrits par les établissements s’élève à 95. Parmi eux, 66 sont disponibles, chez KB+ ou chez CUFTS. Aujourd’hui, 43 sont exposés sur Bacon.
Le diagramme ci-dessous considère le pourcentage de bouquets chargés dans la base relativement à ceux disponibles dans une base libre.

Diagramme_3

Le nombre de bouquets chargés est légèrement supérieur à 60%.

Résultats de l’enquête

Pour les éditeurs non francophones, l’enquête a permis d’indiquer les fournisseurs étrangers dont les fichiers KBART devaient, selon vous, être intégrés à la base de connaissance Bacon.

Pour Factiva, nous sommes actuellement en discussion avec CUFTS afin d’obtenir le fichier correspondant.
Springerlink a été traité : 3 fichiers sont actuellement dans Bacon et mis à jour selon les changements détectés sur KB+.
Enfin, Brill – Classical Studies Ebooks Online n’est disponible dans aucune base de connaissance libre. Mais, compte tenu de l’attente dont vous nous avez fait part concernant ce fichier, nous avons décidé de le générer à partir des listes de titres fournies par l’éditeur. Cette exception nous est rendue possible par les informations du Sudoc dont nous disposons. Il ne s’agit en rien d’une entorse au principe que nous nous sommes fixé : l’ambition de la démarche Bacon – convaincre les éditeurs de nous transmettre les métadonnées afin de disposer de fichiers mis à jour quasiment en temps réel et de les impliquer dans l’amélioration de la qualité de ces métadonnées pour le bénéfice de la totalité de la chaîne – ne s’applique qu’au domaine francophone.

À venir

Pour le domaine francophone

Les mois qui viennent de s’écouler nous ont permis de parfaire les procédures mises en œuvre dans les échanges avec les éditeurs autour des fichiers KBART. Nous avons mené à bien ces échanges avec un certain nombre d’entre eux et intégré l’ensemble des bouquets qu’ils proposent. L’objectif est d’élargir cette exhaustivité, menée à bien pour quelques éditeurs, à l’ensemble de l’édition scientifique francophone.

Nous sommes aujourd’hui en relation avec 10 éditeurs qui ont accepté de fournir du KBART mais dont les fichiers ne nous sont pas encore parvenus ou, dans le cas contraire, qui ne peuvent être chargés dans les versions dont nous disposons pour cause de qualité insuffisante.

Il s’agit de :

  • Brepols
  • Cyberlibris
  • Droz
  • Editions Francis Lefebvre
  • Editions Législatives
  • EM Premium
  • Harmathèque
  • Lavoisier
  • Numérique Premium
  • OIE

Par ailleurs, l’expérience nous l’a prouvé, il nous faut continuer à solliciter ceux pour lesquels nous n’avons encore obtenu aucune réponse. Tant que nous parviendrons, par les moyens dont nous disposons, à convaincre régulièrement de nouveaux éditeurs à accepter notre collaboration, nous pourrons continuer à alimenter la base de connaissance et ainsi favoriser un signalement de qualité pour la documentation électronique.

Il faut en effet conserver à l’esprit que Bacon s’inscrit dans une perspective à long terme. Chaque éditeur qui parvient à finaliser la collaboration par le dépôt automatique de fichiers KBART dans la Base de COnnaissance Nationale participe, d’une manière simple et efficace, à l’amélioration de la qualité de ses métadonnées de signalement, au quotidien. En effet, chaque nouvelle version déposée sur nos serveurs est évaluée et les erreurs sont transmises à l’éditeur.

De nouveaux bouquets viendront prochainement enrichir la base, ceux des éditeurs Cyberlibris, Lavoisier et Numerique Premium.

Pour le domaine non francophone

L’ensemble des fichiers disponibles chez KB+ ayant été intégré, le travail se porte dorénavant sur CUFTS. 23 fichiers supplémentaires pourront ainsi être chargés dans la base.

Par ailleurs, deux fichiers en cours de traitement devraient pouvoir être exposés prochainement : la Complete Freedom Collection d’Elsevier et le bouquet Couperin d’IOP.

Enfin, peut-être aurez-vous déjà remarqué la mise en place d’un nouveau flux RSS qui permet de suivre la mise en ligne des nouveaux packages sur bacon.abes.fr. Le suivi RSS des mises à jour de l’ensemble des packages reste disponible et n’a subi aucune modification. Autrement dit, les nouveaux packages continueront à y apparaître.

Et n’oubliez pas ! Pour nous faire part de vos demandes d’améliorations, pour pointer des erreurs contenues dans les données ou pour toute autre question, le guichet AbesSTP est à votre disposition.

h1

Enquête sur la formation initiale à l’utilisation professionnelle du Sudoc

12 mai 2016

Une enquête en ligne, ouverte du 18 mars au 8 avril 2016, a été menée auprès de 180 stagiaires ayant suivi une formation-relais Sudoc entre septembre 2015 et mars 2016. Les objectifs étaient de connaître l’impact de la formation après quelques mois de pratique et de relever les attentes afin d’améliorer les contenus pour la prochaine saison 2016-2017.

Les résultats de l’enquête

formation_infographie

Pour consulter l’analyse complète des résultats  :

http://documentation.abes.fr/sudoc/doc/Enquete_formation_initiale_WinIBW_2016_analyse.pdf

Bilan de la saison 2015-2016

Cette année, 243 stagiaires ont suivi la formation initiale à l’utilisation professionnelle du Sudoc, le groupe des 13 formateurs-relais Sudoc ayant assuré, de septembre 2015 à avril 2016, 28 sessions de formation, dont 4 formations délocalisées sur Montpellier, Avignon, Nancy et Athènes

h1

Des nouvelles du projet SGBm

3 mai 2016

Depuis l’an dernier, les choses se sont considérablement accélérées du côté du projet SGBm !

Nous vous soumettons quelques éléments d’avancement, même si nous sommes tenus à des règles de confidentialité qui limitent sensiblement le champ de notre communication. Ce fil’ABES a fait l’objet d’une relecture attentive de notre service juridique !

Lors de la commission d’appel d’offres du 18 juin dernier, il a été décidé de ne retenir pour le dialogue compétitif que 5 candidats. Toujours pour des raisons de confidentialité liées à cette procédure, nous ne pouvons pas communiquer ici les noms des candidats retenus.

Les auditions

Le dialogue compétitif est une procédure qui se caractérise par des échanges réguliers et normalisés avec les candidats. Jusqu’à ce jour, chaque commission (voir fil’ABES d’avril 2015) a rencontré les fournisseurs à 3 reprises lors d’auditions programmées en juillet-septembre 2015, février et avril 2016. Ces auditions ont  mobilisé près de 1250 jours d’experts, au sein des sites pilotes et de l’ABES.

Le contenu des auditions

Les membres des commissions avaient préparé 70 cas pratiques, représentant plus de 250 fonctionnalités attendues du SGBm. Ces cas pratiques ont été soumis aux candidats avant les auditions, afin qu’ils puissent s’y préparer. Ils sont donc arrivés aux auditions avec des réponses et des présentations argumentées.

A la suite des deux premières séries d’auditions, des compte-rendus ont été rédigés par les membres des commissions et envoyés aux fournisseurs avec des recommandations d’amélioration ou de précision pour les prochaines auditions. Ces échanges permettent de faire évoluer les offres et solutions des candidats dans le sens souhaité.

Une attention particulière sur…

Les 5 solutions répondent globalement de manière satisfaisante aux fonctionnalités de base attendues par un SGB.

Une attention particulière est donc portée sur plusieurs axes, plus délicats :

  • l’articulation entre collections papiers et électroniques et la fluidité de traitement de ces supports (en terme d’acquisitions, de traitement, d’usage…),
  • la gestion des consortia à différents niveaux et dans différents domaines,
  • les échanges de données entre le SUDOC et le SGBm.

Et après ?

Afin de préparer l’accord-cadre, un nouveau  CCTP est actuellement en cours de rédaction. Il recense les besoins fonctionnels et techniques remaniés suite aux auditions et sera soumis aux candidats participant au dialogue. Ce sont les réponses fournies qui permettront d’évaluer les solutions et de retenir plusieurs candidats dans l’accord-cadre.

Rappel du calendrier prévisionnel des prochaines grandes étapes

  • Septembre 2016 : commission d’appel d’offre n°2 avec la décision d’attribution de l’accord-cadre
  • Octobre 2016 : remise en concurrence du premier marché subséquent (destiné aux sites pilotes)
  • Janvier 2017 : début de la phase de ré-informatisation des sites pilotes, pour un passage en production
  • A partir de mi-2017 : ouverture des organisations pour de nouveaux groupes d’établissements.

Contact : sgbm@abes.fr