Consortium « ORCID  France » : c’est parti !

Print Friendly, PDF & Email

Lors de l’Assemblée Générale constitutive du consortium « Communauté française ORCID / ORCID France » (29 novembre 2019), il a été acté la mise en place d’un comité exécutif en charge de son pilotage dont la première réunion s’est tenue le 17 janvier 2020 à Lyon dans les locaux de la bibliothèque de l’université Claude Bernard Lyon 1.

Le consortium « ORCID France » regroupe à ce jour 36 membres actifs dans le domaine de la Recherche. Il vise à développer, de manière coordonnée au plan national, les usages d’ORCID – Open Researcher and Contributor ID, identifiant utilisé au plan international pour l’identité numérique des auteurs et contributeurs de travaux scientifiques.

Rappelons que la mise en place du consortium « ORCID France » constitue l’une des actions définies dans le cadre de l’Open Government Partnership (engagement 18 – Construire un écosystème de la science ouverte), engagement décliné par le Plan national pour la science ouverte (juillet 2018), puis, au sein du CoSo – Comité pour la Science ouverte, par le Collège Europe et International qui, dans la note d’orientation Identifiants ouverts pour la science ouverte (publiée en juillet 2019) a défini un plan d’actions à cet effet. 

Les avantages de l’adhésion consortiale

Le principe fondamental d’ORCID est de permettre à chaque chercheur de s’enregistrer librement et gratuitement dans ce registre afin d’obtenir un numéro identifiant unique pour faciliter le repérage de ses publications sur le web. Chaque chercheur peut ensuite signaler ses publications dans la base ORCID, et choisir de partager ces données avec ses pairs ou de les ouvrir complètement à tous les internautes. L’adhésion d’un établissement à ORCID lui permet de disposer d’une gamme d’outils pour déployer sur ses pages web des services basés sur les données et les APIs ORCID. L’adhésion consortiale n’introduit pas de différence en ce qui concerne ces services : chaque établissement membre a accès aux services et APIs ORCID et bénéficie en outre d’une assistance et d’un tarif préférentiel.

L’adhésion consortiale a principalement pour objectif de renforcer la représentation de la recherche française au sein d’ORCID. Pour faciliter l’implémentation de l’identifiant ORCID dans les établissements de l’ESR  – et par là son adoption par les chercheurs tout en tenant compte des écarts de pratique entre les différentes disciplines scientifiques, il est prévu de construire collectivement des services basés sur ORCID en répondant à des cas d’usages précis.

A cette fin, le consortium va favoriser la construction d’un espace d’échanges pour la production de documents de communication et de formation à destination des chercheurs, et renforcer les travaux d’alignement entre les différents identifiants utilisés (IdHAL, IdRef, ISNI, Q Wikidata, Researcher ID, Scopus ID, etc.). Une liste de discussion « ORCID France » a d’ores et déjà été ouverte aux membres du consortium afin de faciliter la diffusion et l’échange d’informations techniques ainsi que le partage des savoir-faire de chacun, notamment en matière d’identification des chercheurs  avec ORCID et d’alignement des données sur les différentes plateformes (HAL, Huma-Num, IdRef, etc.) et systèmes d’information des établissements membres.

Enfin, un rapport annuel sera produit afin de mesurer la progression de l’adoption de l’identifiant ORCID par les chercheurs au niveau national.

Vers un nouveau réseau de correspondants

La constitution de ce nouveau réseau d’établissements marque la volonté forte de renforcer la stratégie nationale concernant l’identification des chercheurs. En tant que coordonnateur du consortium, l’Abes animera ce nouveau réseau de correspondants en cohérence avec les réseaux existants, notamment le réseau des correspondants Autorités qui disposent d’une expertise indéniable sur les données d’identification des personnes. Notons que les futurs correspondants ORCID devront en outre s’appuyer sur d’autres compétences – de type : connaissance des flux, maitrise des APIs, compétences pédagogiques, capacité de conviction – potentiellement éparses au sein des services des établissements (informatique, appui à la recherche, formation, communication, etc.).

Souhaitons bonne chance à ce nouveau réseau dédié à l’identité numérique des chercheurs !

En savoir plus

 

Laisser un commentaire

Tweetez
Partagez
Partagez
Aller au contenu principal