Enquête sur la formation initiale à l’utilisation professionnelle du Sudoc

Une enquête en ligne, ouverte du 18 mars au 8 avril 2016, a été menée auprès de 180 stagiaires ayant suivi une formation-relais Sudoc entre septembre 2015 et mars 2016. Les objectifs étaient de connaître l’impact de la formation après quelques mois de pratique et de relever les attentes afin d’améliorer les contenus pour la prochaine saison 2016-2017.

Continuer la lecture

BACON : ouverture du site web et présentation du programme de travail

logo_bacon

Quelques mois après l’ouverture de ses webservices, l’équipe projet Bacon lance son site web : http://bacon.abes.fr.

A quoi sert le site Bacon ?

Le site Bacon a pour vocation de servir de vitrine au projet :  il présente l’ensemble des bouquets décrits, propose un flux RSS pour que chacun reste informé des ajouts et mises à jour, facilite l’accès à la documentation des webservices et permet de faire remonter les éventuelles erreurs de description.

Le site web est également un bon moyen de mettre en avant les fournisseurs ayant communiqué leurs données et accepté de les placer sous une licence CC0 (https://bacon.abes.fr/exporter.html).

Quels éditeurs sont présents sur BACON ?

Si l’objectif de décrire l’ensemble des produits des éditeurs français et francophones disponibles sur le marché académique, en accompagnant les fournisseurs dans leur démarche de constitution de fichiers KBART de qualité, reste inchangé, l’équipe s’enrichit ce 1er septembre d’un nouveau collègue qui se chargera spécifiquement des packages d’éditeurs étrangers. En termes de méthode, les fichiers KBART décrivant les bouquets proposés par les éditeurs étrangers seront dérivés de ceux mis à disposition par KB+ et GoKB, puis adaptés au contexte français grâce au concours des négociateurs Couperin. De ce fait, si ces fichiers ne sont pas déjà présents sur une base libre,  il ne seront ni créés ni, bien entendu, mis à disposition sous licence CC0.

BACON doit répondre aux besoins des établissements

Afin d’affiner le programme de travail de l’équipe Bacon,  il a semblé indispensable de recueillir régulièrement vos avis.  C’est à cette fin qu’est lancé un cycle d’enquêtes dont les résultats alimenteront le programme de travail, lui-même découpé en phases de 4 mois.

Chacune des phases débutera par une enquête ouverte pendant un mois. Celle-ci ne comportera que deux questions : l’une pour vous permettre d’indiquer les 5 fournisseurs français avec lesquels il vous semble important que l’équipe Bacon travaille en priorité au cours des quatre mois suivants ; l’autre pour vous permettre d’indiquer les fournisseurs étrangers dont les fichiers KBART devraient, selon vous, être intégrés à la base de connaissance Bacon.

A la clôture de chaque période d’enquête, les résultats ainsi que le programme de travail en découlant pour la phase suivante seront communiqués. Par ailleurs, à l’issue de chaque phase, un point sera fait sur ce qui a été – ou non – réalisé.

Participez !

Pour la période de septembre à décembre 2015, les efforts de l’équipe Bacon vont se concentrer sur l’ensemble des offres souscrites via un groupement de commandes, quel qu’en soit le porteur (ABES, CNRS, université). Les produits et diffuseurs concernés sont les suivants :

  • ACM – Digital library
  • American Chemical Society (ACS) – revues
  • American Institute of Physics (AIP) – revues
  • American Physical Society (APS) – revues
  • EBSCO – Bases en économie, business, gestion
  • Elsevier – CELL PRESS
  • Elsevier – Complete Freedom Collection
  • GEOSCIENCEWORLD MILLENIUM COLLECTION (GSW)
  • Institute of Physics (IOP) – revues
  • JSTOR – revues
  • Proquest – Bases de données en SHS

Une première enquête, ouverte jusqu’au 30 septembre 2015, vous est proposée : vous êtes invités à indiquer 3 éditeurs/diffuseurs supplémentaires dont vous souhaiteriez voir le contenu ajouté d’ici la fin de l’année 2015.

L’enquête est accessible à l’adresse : https://fr.surveymonkey.com/r/BACONsept15.

L’Abes compte sur votre expertise afin de rendre un service répondant le mieux possible à vos attentes. Par ailleurs, n’hésitez pas à faire part des bugs que vous rencontreriez ou à proposer des améliorations.

Continuer la lecture

Le projet Qualinca

Qualinca > LogoAvec Qualinca, l’ABES est engagée dans un projet de recherche d’envergure, par la durée, l’enjeu et les partenaires. Qualinca est un projet de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche, sur la période 2012-2015 (36 mois).
La qualité des catalogues avant tout
Qualinca s’intéresse à la « qualité et [l’]interopérabilité de grands catalogues documentaires », comme le Sudoc ou le catalogue de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), autre partenaire du projet. Selon le parti pris de Qualinca, la qualité des catalogues tient essentiellement à la qualité des liens : liens externes tels que les préconisent les principes du linked data,  mais d’abord liens internes, notamment entre notices bibliographiques et notices d’autorité. En ce sens, Qualinca est bien en cohérence avec les grandes orientations de l’ABES : ouverture des données, investissement dans les technologies du web sémantique, valorisation des référentiels autour d’IdRef. Par ailleurs, Qualinca prend la suite de SudocAD, projet de 12 mois en partie financé par le TGE ADONIS et mené de concert avec l’équipe GraphIK du LIRMM, leader de Qualinca.
Selon les termes mêmes du site web du projet, « les objectifs scientifiques du projet sont de :
1/développer un cadre logique pour qualifier la qualité d’une base de connaissances documentaires vis-à-vis de l’identification des entités individuelles et des liens entre entités individuelles.
2/proposer des principes/méthodes/outils pour passer d’un certain niveau de qualité à un meilleur niveau ».
 Les partenaires
Les partenaires scientifiques du projet sont le Laboratoire d’informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier (LIRMM), le Laboratoire d’informatique de Grenoble (LIG) et le Laboratoire de recherche en informatique d’Orsay (LRI) . Ce sont tous des experts en bases de données, représentation des connaissances et web sémantique.
Le rôle de l’ABES
Qualinca est bien un projet de recherche, mais la contribution de l’ABES ne se limitera pas à l’apport de données et d’une expertise métier : l’approche théorique sera testée à travers le développement de démonstrateurs (détection de liens erronés ; automatisation du liage aux autorités, voire de la création d’autorités). Ces démonstrateurs seront eux-mêmes évalués en comparant décisions automatiques et décisions humaines. Le moment venu, nous solliciterons la participation des catalogueurs du réseau Sudoc à ce protocole d’évaluation.
Plus d’information sur le site web de Qualinca.

Continuer la lecture

Projet API Sudoc : les chantiers 2012

Le projet API Sudoc est avant tout une méthode, qui vise à développer de nouveaux services autour des données Sudoc, en s’affranchissant des contraintes imposées par les progiciels historiques du catalogue. C’est ainsi que le projet API Sudoc a permis l’existence d’IdRef et de SELF Sudoc, mais il est également  à l’origine de certaines réalisations moins visibles, plus techniques mais précieuses : échanges de données entre STAR et Sudoc, exemplarisation automatique rénovée, intégration des données Sudoc au web de données, micro web services WHERE et BIBLIO.
En 2012, le chantier continue. Ou plutôt, les chantiers. Et certains sont déjà bien engagés :

  1. Dès la fin de cette année, de nouveaux micro web services seront lancés.
  2. Au premier semestre 2012, une interface de visualisation des plans de conservation partagée (PCP) sera ouverte. En exploitant les états de collection des périodiques, elle donnera à voir dans un premier temps les lacunes et les redondances existant dans un périmètre modulable de bibliothèques (PCP, département, région, toute la France, etc.). Cette application a une longue histoire. Elle aurait dû voir le jour comme une évolution de l’interface publique du Sudoc. Après réflexion, étude de faisabilité technique et discussion avec les membres du réseau Sudoc PS, l’ABES est arrivée à la conclusion qu’il était préférable de repartir d’une page blanche.
  3. Au second semestre 2012, l’ABES proposera une interface Web dédiée à l’exemplarisation des notices Sudoc et Sudoc PS. Cette nouvelle application s’adresse d’abord aux collègues qui n’utilisent WinIBW que pour exemplariser un document, sans modifier la description bibliographique. Elle pourra également avoir un impact fort sur le fonctionnement du réseau Sudoc PS : si elles le souhaitent, les bibliothèques qui dépendent d’un centre régional (CR) pour mettre à jour leurs exemplaires pourront le faire directement dans le Sudoc, via cette interface simple d’accès et d’utilisation. Un prototype est en cours de réalisation. Il servira de base de discussion au sein d’un groupe de travail qui sera bientôt constitué.
  4. Enfin, toujours au second semestre, le pôle ADELE et l’équipe API Sudoc travailleront ensemble autour des métadonnées qui décrivent les archives Springer acquises dans le cadre des licences nationales. A titre expérimental, il s’agira d’imaginer une nouvelle chaîne de traitement pour ce type de données. En amont, nous chercherons à partir des données les plus riches et fiables possibles : des notices XML d’articles, plutôt que des notices MARC de périodiques. En aval, il s’agira de convertir les données dans différents formats, afin de multiplier les canaux de signalement et donc de valorisation potentiels.

Ces différents chantiers feront l’objet de billets plus précis sur le blog Punktokomo, les commentaires grand ouverts.

Continuer la lecture

Licences nationales – modalités techniques

Comment accéder aux produits négociés en licence nationale ?

Les institutions déjà clientes des éditeurs avec lesquels des accords sont passés ont leurs accès ouverts au plus tard trois semaines après la signature du marché. Pour  Springer, cela représente une centaine d’établissements. (voir le communiqué de presse)
Pour les institutions n’étant pas dans ce cas de figure, deux façons de procéder coexistent, en fonction de la nature des missions de l’établissement :

  • pour les établissements ayant des missions d’enseignement supérieur et/ou de recherche : l’ABES recueille les adresses IP et les transmet aux éditeurs chaque premier lundi du mois. L’éditeur dispose ensuite de 3 semaines pour ouvrir les accès. La collecte de ces adresses IP (et de toute autre information dont l’éditeur aurait éventuellement besoin) se fera dans un premier temps via un formulaire en ligne accessible à l’adresse : https://www.surveymonkey.com/s/licences_nationales. Les établissements n’étant pas encore clients chez Springer sont invités à suivre cette procédure (http://www.abes.fr/content/download/1856/7713/version/1/file/Compte_Admin_SpringerLink.PDF) avant de nous communiquer leurs IP.

Un portail « Licences Nationales » sera mis en place par l’ABES début 2012. Il permettra de transmettre automatiquement à l’éditeur les modifications d’adresses apportées par les établissements.

  • pour les autres établissements (bibliothèques de lecture publique) : l’ABES va mettre en place début 2012 un reverse proxy pour centraliser les accès. Les établissements pourront communiquer leurs adresses IP via le portail « Licences Nationales » qui verra le jour parallèlement. Les URL d’accès aux produits ne seront donc pas celles des plates-formes des éditeurs mais une adresse du type :  http://www.editeur.com.licences-nationales.fr

 Comment signaler les produits négociés en licence nationale ?

  • par le SUDOC
    •  l’ABES  mettra à la disposition des établissements membres du réseau SUDOC des fichiers comportant une liste PPN/URL/État de collection. Ces fichier seront disponibles sur le Guide Méthodologique au fur et à mesure des produits négociés. A charge pour les établissements  de modifier, s’ils le souhaitent, l’URL d’accès en fonction de leur contexte local. L’ABES procédera ensuite à une exemplarisation automatique classique, les données redescendant dans les systèmes locaux par transferts réguliers. Les établissements s’étant déjà exemplarisés pour signaler leurs abonnements courants aux revues électroniques pour lesquelles les archives sont proposées, sont invités à demander à l’ABES une désexemplarisation en masse, puis à nous fournir une liste PPN/URL/Etat de collection correspondant à leur contexte. Les listes concernant les archives Springer seront disponibles àpartir de la semaine du 26 septembre.
  • par le biais des bases de connaissance commerciales
  • l’ABES est  en relation avec les fournisseurs de bases de connaissance (Ex Libris, Serials Solutions, EBSCO, SWETS …) et leur communiquera les listes de produits négociés. Pour inclure les produits qui vous intéressent, il suffira de sélectionner les ressources ayant dans leur intitulé « Licence Nationale – France » ou toute autre expression similaire. Ce mode de signalement devrait être en production courant octobre.
  • par l’import direct des notices MARC
  • l’ABES met à disposition les notices MARC telles qu’elles lui ont été fournies par les éditeurs. L’accès à ces notices peut-être soumis à authentification.

Où trouver la licence de chaque produit négocié ?

Les licences sont disponibles sur le site de l’ABES à la rubrique : Ressources Électroniques / Licences Nationales  (http://www.abes.fr/Ressources-electroniques/Licences-nationales).

Comment poser une question ?

Pour toute question, le guichet d’assistance ABESstp  https://stp.abes.fr est à votre disposition :

  • rubrique « ADELE – Achat de Documentation Électronique »/ domaine  « Licences Nationales »,  pour toutes questions générales concernant les licences nationales (accès direct ici )
  • rubrique  « SUDOC – Données » /domaine « Signalement des Licences Nationales »,  pour les questions concernant le signalement automatisé des ressources électroniques  en provenance des licences nationales dans le catalogue Sudoc (accès direct ici)

 

Continuer la lecture

Le Sudoc sur le Web de données

Après Calames en 2008, les notices de thèses issues de STAR en 2010 et les données d’autorité d’IdRef en 2010 également, c’est au tour des 10 millions de notices bibliographiques du Sudoc de rejoindre le Web de données (ou Web sémantique).
Enrichir le Web de données et plaire aux moteurs de recherche
Dès aujourd’hui, chaque notice est exposée à la fois en RDF/XML et en HTML enrichi de métadonnées Microdata conformes à schema.org, le vocabulaire sémantique prôné récemment par les grands moteurs de recherche.
Ce faisant, l’ABES fait le choix de promouvoir les standards et les principes du Web sémantique (RDF, pluralisme des vocabulaires, URL comme identifiant global) tout en étant attentif aux nouvelles conditions et attentes créées par l’initiative concertée de Google, Bing et Yahoo.
Les choix de l’ABES sont guidés par les deux priorités suivantes : faciliter la réutilisation des données produites par les réseaux ABES et accroître la visibilité des documents possédés par les bibliothèques, à l’échelle du Web.
En savoir plus
Where, un micro Web Service Sudoc
Dans ce même esprit d’ouverture des données, l’ABES inaugure aujourd’hui deux micro Web Services, dont le service Where. Ce dernier est une solution technique très simple pour récupérer la liste des bibliothèques du réseau Sudoc qui possèdent un document donné.

Continuer la lecture